La taurine est un acide aminé contenant du soufre qui n’est pas classé dans les protéines, mais qui joue un rôle essentiel dans plusieurs fonctions physiologiques, dont le développement rétinien et neurologique, l’osmorégulation, la modulation des niveaux de calcium cellulaire et la fonction immunitaire.

La taurine est aussi présente naturellement dans notre régime alimentaire quotidien notamment dans les fruits de mer et la viande. La taurine circule activement dans tous les tissus et est l’acide aminé intracellulaire le plus abondant dans le corps humain. Environ 0,1 % du poids total du corps humain provient de la taurine. La taurine est évacuée par le biais de l’urine et de la bile. La quantité de taurine évacuée quotidiennement varie d’un individu à l’autre, mais aussi chez le même individu, d’une journée à l’autre. En 1827, les scientifiques allemands Friedrich Tiedemann et Leopold Gmelin ont été les premiers à isoler la taurine de la bile du bœuf (du latin Bos taurus.

Cependant, la taurine ne provient pas des taureaux. Il s’agit de l’un des principaux ingrédients des boissons énergisantes. Elle est produite de manière synthétique. En 2009, en ligne avec plusieurs organismes de santé au monde, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) – qui évalue les risques alimentaires dans l’Union européenne – a conclu que l’exposition à la taurine aux niveaux actuellement utilisés dans les boissons énergisantes est sans danger. Ceci a été confirmé par l’avis scientifique concernant l’innocuité de la caféine, publié par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) en 2015.